jeudi 17 janvier 2013

Envie d'avoir l'avis...

4 janvier 2013: le pain bio fait maison demande encore à être amélioré, la pile du détecteur de fumée est en fin de vie, mais tant pis, j'annonce l'ouverture de mon premier gîte urbain à Versailles

Et pour commencer je l'annonce à mes anciens collègues de l'éducation nationale, et je ratisse large: du prof croisé quelques jours aux pontes de l'inspection académique, en passant par les collègues devenus amis. Un message composé de rancœur et de critique vis-à-vis du système avant de promouvoir ma nouvelle activité. 

S'éloigner du système c'est finalement en percevoir de façon accrue ses manques et ses injustices. 

Et ben à part les amis je n'ai pas eu beaucoup de réponses... Un retour poli, avec l'usante formule de bonne année, un autre qui m'a surpris, me félicitant pour le travail accompli, pour avoir osé, venant d'une conseillère pédagogique qui se pose aussi des questions sur son rôle au sein de l'École, et c'est tout. Aucun retour de l'administration, normal, dans leur rôle. Aucun retour de celui qui a peut-être un peu trop enjolivé ses besoins et qui toucha une IDV largement supérieure à la mienne. Des retours indirects, me reprochant de parler en ces termes de l'école une veille de rentrée !! 

Une machine à chefaillons, permettant aux ex-instits promus conseillers de décider comme bon leur semble de la carrière des instits en poste, les autorisant du même coup à se venger implicitement et à reproduire les mêmes humiliations iniques qu'ils ont subies auparavant. 

Une usine hermétique, obligée de mettre en place la circulaire qui concerne l'IDV, mais qui décide d'elle même d'instaurer des critères subjectifs, et qui en plus (peut-être comme pour l'ensemble de la fonction publique, je ne me suis pas renseigné) interdit à l'agent bénéficiaire de cette prime de retravailler pendant 5 ans au service de l'état... "Vous démissionnez, vous nous faites faire des économies gigantesques, on vous octroie une somme dérisoire, et on vous interdit de revenir". Ce n'est pas une opportunité de changer de vie, c'est une punition.

Pierre Frackowiak

"Pendant 5 ans, ce furent des années assez dramatiques pour l’Ecole. Beaucoup partagent cet avis, car les profs ont subi une politique d’un autoritarisme accru, sans précédent dans l’Education Nationale, avec des supérieurs hiérarchiques qui agitaient la menace de sanctions, dans lesquelles leur ministre les a confortés. Sanctions financières sur leur carrière, comme avec les désobéisseurs, sanctions administratives. L’administration a appliqué la loi du plus fort : la sienne."

Qui a dit ça? Un allumé ? Un ancien prof démissionnaire ? Non. Un Inspecteur honoraire de l'éducation nationale, Pierre Frackowiak, dont je recommande chaudement la lecture de son interview.

Deux jours après, je diffusais l'annonce de l'ouverture à ma famille élargie, à mes amis, à mes connaissances Facebook, Twitter, Google+... Dans la foulée je commençai à signaler l'existence du gîte à un ou deux sites spécialisés. Et attendis fébrilement les premières demandes de location.

Le lendemain, rien.
Le surlendemain, rien non plus.

Naïf, crevé, utopiste. On est le 10 janvier, tout le monde s'échine à reprendre le travail en partant de nuit, en rentrant de nuit, essayant de digérer et les fêtes et les sommes dépensées pour ces fêtes, il fait gris, les vacances sont loin, personne ne sait que tu as ouvert un gîte,  personne ne sait - et tout le monde s'en ficherait même s'il le savait - que ça fait six mois que tu bosses comme un fou, que tu as investi la quasi-totalité de ton IDV dans l'aménagement de ton appartement. Et tu crois que le monde entier t'attendait. Tu es crevé, tu ne veux pas l'admettre, tu te sens nul, tout ce que tu as fait est nul, et reviennent les démons: tu avais un boulot payé à vie quelle que soit ton efficacité, pourquoi es-tu parti, etc etc etc.

Passage à vide. Pas remis des dernières semaines à tout parfaire. Courtes nuits, douleurs dans le pied, obnubilé par l'ouverture, porte-monnaie qui se vide. Un bon cocktail pour douter et paniquer.

S'efforcer de faire le vide et de prendre du recul.

Et on repart.

  • Dépôt de la déclaration d'ouverture d'un meublé de tourisme à la mairie.
  • Rendez-vous à l'office du tourisme pour faire partie de leur site et de leurs brochures. Un très bon contact, l'envie et la satisfaction de travailler à développer le tourisme à Versailles au delà du château.
  • Rencontre avec des enseignes du quartier Saint-Louis, fondées par des gens du même âge, une décoration moderne, la pluri-activité, tout ce qui me botte.
  • Démarches de promotion auprès de l'école supérieure du paysage, rattachée au potager du roi, auprès du conservatoire de musique, de l'école d'architecture, du palais des congrès.
  • Les référencements avancent bien, je reçois des compliments sur ce que j'ai réalisé, la position de mon site progresse dans les résultats de recherche.
  • Un article rédigé par Accueillir magazine, qui dispense également des formations à la création et la gestion d'hébergements touristiques, formation qui m'avait marqué par sa précision, son exhaustivité et sa pertinence.
  • Des interviews programmées de journalistes, des photos du gîte prises par un pro à venir, un nouveau pain en train de cuire, on avance !

Il faut que tout ça agisse, pénètre, diffuse, se mélange... De plus, les avis sur Internet prennent une ampleur capitale. C'est évident qu'en plus de cette période creuse, tant que je n'aurai pas de commentaires sur les sites qui référencent Une Nuit à Versailles les demandes de réservation ne se succéderont pas.

N'ai-je pas été influencé par des commentaires d'utilisateur avant de me décider pour l'achat du bac de douche, du lave-vaisselle, de la télévision, des draps ? Même si je sais que tout le monde peut commenter, et que tout le monde peut descendre en flèche un bac de douche en arguant que le carton d'emballage présentait des traces d'humidité, c'est ainsi, on se fie aux recommandations de tout le monde...












 



14 commentaires:

Paul de La Quadrature du Cercle a dit…

Salut Pascal, mes félicitations pour le travail exceptionnel que tu as fait et l'ouverture de ton gîte. Je comprends ton impatience à recevoir tes premiers clients... Ça ne va pas tarder, j'en suis convaincu étant donné la qualité apparente de ce que tu as réalisé ! Après comme tu dis, mi-janvier, ce n'est pas forcément la meilleure période pour les vacances... Ne t'inquiète pas, ça va venir. Tu sais comme moi que ce n'est pas simple de quitter le plus beau métier du monde. On va souffrir jusqu'au bout mais cette putain de lumière est au bout du tunnel. Alors accroche-toi mec ! Tu as réussi ta reconversion c'est tout ce qui compte. Ne t'occupe pas du silence aigri et jaloux de ceux qui n'ont pas la force de se regarder dans la glace et/ou les couilles de se jeter à l'eau pour quitter le navire qui coule à pic. On doit être fiers de ce qu'on a accompli jusqu'à maintenant... Peu de gens l'auraient fait. Maintenant, encore un peu de patience, et à n'en pas douter, "Une nuit à Versailles" aura le putain de succès qu'elle mérite ! Peace.

Pascal Le Mée a dit…

@ Paul > Merci ! (j'aime bien ce que tu écris, tu devrais ouvrir un blog ;-))


Paul de La Quadrature du Cercle a dit…

Ah oui, tiens, pas con, j'avais pas pensé !

Remi a dit…

Salut Pascal, je t'ai déjà félicité pour ton engagement, tes solutions, ta clairvoyance et la réalisation de ce merveilleux projet.
Il ne faut pas oublier qu'un projet se construit étape par étape et il me semble que dans l'euphorie de la fin des travaux tu t'es projeté bien en avant. Le retour à la réalité correspond à un gap très important.
Tu dois te concentrer sur la 2ème partie, faire vivre ce projet et pour cela tu dois te fixer des objectifs réalistes mois par mois.
La courbe de progression de l'activité est toujours décalée par rapport à celle des efforts fournis ... c'est normal.
Remettre en question tes pratiques et les démarches n'est pas remettre en question le projet tout entier.
Alors, quoi ? Il y a beaucoup de cons à l'EN ... quel scoop !
Je te rappelle que tu en es parti pour cette raison, entre autres.
Cette désillusion de début Janvier doit être une confirmation voire une révélation. Tu n'avanceras pas avec les aigris, les obtus, les jaloux ou les égocentriques. Ils n'en valent pas la peine.
En tout cas, moi je te souhaite une bonne année 2013, la réussite de ce projet et des autres qui viendront, j'en suis sûr.
Je te souhaite surtout l'essentiel, la santé physique et le bien-être moral pour toi, ta famille et ceux qui t'aiment.
N'oublie jamais que l'expérience est le nom que l'on donne à l'ensemble des erreurs passées.

Affectueusement, Remi

Pascal Le Mée a dit…

@ Remi > merci pour ces sages paroles. Il faut juste le réaliser...


Quitter l'Enseignement a dit…

Bravo pour la réalisation de ce beau projet !

Pascal Le Mée a dit…

@ Quitter... > Merci, je parcours régulièrement le forum, on n'oublie pas...


Anonyme a dit…

Je suis prof et je pense à vous. Vous avez eu du courage de partir, et de monter tout cela. Ne vous laissez pas décourager par ces anciens collègues qui ne font pas de retour ou critiquent. Moi je vous admire et même vous envie.
Versailles, ce n'est pas le lieu qui me fait rêver pour des vacances ou un dépaysement (je suis plutôt nature et aventure sauvage), mais, rien qu'après avoir lu votre article, je viendrais peut-être bien un week-end.
Patientez, tout n'arrive pas tout de suite :)

Pascal Le Mée a dit…

@ Anonyme > Je vous réserve un week-end, je vous ferai visiter des endroits dans Versailles totalement dépaysants, et pour le côté aventure sauvage on essaiera de traverser les grandes avenues aux heures de pointe ;-) . Merci pour votre commentaire, c'est sympa.


vero Cros a dit…

Bonsoir Pascal,
Je te suis depuis quelques temps, solidarité des démissionnaires de l' EN, et intérêt pour ce que tu écris: j'aime ta sincérité et ton enthousiasme et je partage ton avis sur l'école...Pour moi il ne fait AUCUN doute qu'"une nuit à Versailles" va cartonner...Beaucoup de touristes à Versailles, et sur l'année entière,une formule gîte urbain innovante, un emplacement stratégique, une concurrence plus onéreuse...Tous les atouts sont là...Il faut juste donner du temps au temps, pour être connu, référencé (As tu pensé à Trip advisor ? Sûrement) ..Le bouche à oreille fera beaucoup...Tu peux être fier de ce que tu as accompli et confiant dans l'avenir !!!
Allez, je te bise, tiens... Véro (Cros over)

vero Cros a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Pascal Le Mée a dit…

@ Véro Cros > C'est encourageant d'avoir des commentaires positifs de la part de personnes qu'on connaît à peine, et virtuellement en plus ;-) Merci à toi. Même si j'ai un manque de confiance en moi aussi attaché à ma personne qu'un bras je sais que ça va marcher. Juste lancer des amorces, et attendre...


Monica a dit…

Haut les cœurs, Pascal! Je suis persuadée que ça va marcher!

Pascal Le Mée a dit…

@ Monica > C'est sûr ! Mais quand sera le départ ?